• Lettre 1

    Bonjour la Foule !

    Je tiens à vous dire tout de suite que ce qui va suivre n'a rien de drôle et encore moins de rigolo.

    C'est simplement pour votre culture générale que je fais ça.
    Et si après on de me décerne pas le prix du dévouement et de l'altruisme, je me fais... barman.

    J'ai volontairement anatopétisé la plus part des noms propres.
    Non pas que j'ai été menacé de quelque façon, mais cela m'a semblé utile pour des raisons de droit commun.

    Alors voilà...

    J'habite un petit village en Corrèze.

    Un tout petit village : Bojat.

    Oh, le fait qu'il soit tout petit n'est pas qu'une question de taille ; parce qu'avec tous les arbres fruitiers qui y poussent, cette activité... on connaît... et mieux qu'à Saint-Claude, "vige vaï" !
    (traduction immédiate : "Vois... vas !)

    Avant que de m'engager plus en avant dans l'histoire des caractères typiques qui forgent l'âme de ma bourgade, laissez moi vous présenter un peu mieux mon environnement, le sud de la Corrèze, vue par les globes idoines d'un anglo-saxon de bonne foi, j'ai nommé Sir Arthur Young (*) :

    "La beauté du pays, qui, entre Saint George et Brive, s'étend sur 34 miles, est si variée, et, à tous égards, si frappante et intéressante, que je ne m'attacherai pas à une description particulière. [...]
    Des vues d'une singulière beauté nous rivent au sol [...]
    Du haut de la colline, la vue de Brive est si belle que l'on s'attend à trouver une charmante petite ville,
    et le charme des environs vous confirme dans cet espoir ; mais, quand on y entre, la déception est de nature à vous inspirer un complet dégoût.
    Des rues étroites, mal bâties, sales, puantes, privent de soleil et presque d'air les maisons."

    Si c'est pas de l'objectivité, ça... ! Salaud d'anglais !

    Mais bon... je n'habite pas Brive et c'est encore heureux.

    Non... mon village est pire que ça !

    Vu de mes yeux à moi qui sont les miens et que c'est ma mère qui me les a donnés avec l'aide de mon père et de l'opticien qui m'a fait mes lunettes... il revêt des caractéristiques bien plus inquiétantes, voire surnaturelles :

    D'abord, ce bouge, de 3000 âmes, a un marché du dimanche qui détrône, et de loin, celui des villes environnantes de grande importance... dont Brive (hé hé hé !).

    Ensuite, son architecture offre, entre autre, la vue éblouissante d'une magnifique église dans le pur style... franc-comtois. Pas beau ça madame ?

    D'autre part, ce souk a réussit à s'inscrire dans la tournée "Eté 2000" de Johnny Halliday. Tout un poème...
    (vous y aurez droit, ne vous faites pas de soucis...)

    Et pour finir, si j'ose dire, sa population, aussi hétéro que clite, déploie une splendide mosaïque de culture, à dominante corrézienne (mais qui s'en serait douté...), qui offre un panel intéressant de sujets tout droit issues du début du siècle et bien d'autres qui mériteraient l'appellation "hors d'âge".

    Cette liste d'attributs étant non limitative, vous aurez tout loisir de découvrir ce merdi... heu... village au travers et en diagonales des mes narrations qui vont viendre dans pas longtemps et dont voici le premier épisode que vous lirez demain.

    A bientôt,


    (*) Sir Arthur Young (1741-1820)
    Homme de sexe masculin, anglais de Grande Bretagne, mort depuis son décès.


  • Commentaires

    1
    ta fille
    Vendredi 24 Octobre 2014 à 10:55
    Ta fille elle espère y construire ptetre à l'année qui suit. (a Bojat)
    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :