• Live : PdV

    Salut ma chère amie la Foule !

    Aller, on y r'tourne !

    J'attrape le chapeau... d'une main innocente je fous une beigne à ce con d'lapin qu'est entrain de m'bouffer mes p'tits papiers, et ouala.

    Qui c'est qui y a droit aujourd'hui ?

    Aaaaaaaaaaaaah ! Qu'il est beau çuila !

    Mesdames, Mesdemoiselles, Messieurs, Très chers zamis !
    Philippe de Villiers !!!!

    On l'applaudit bien fort de partout !

    :o))) (Sourire niaiseux d'un adulte qui retombe en enfance à la vue de Pimprenelle...)

    Philippe est né le 25 mars 1949, en Vendée.
    A Boulogne...

    J'ai eu beau chercher quels évènements avaient bien pu avoir lieu ce jour là... queue dalle !
    C'est à croire qu'il n'y en a eu que pour lui.
    Déjà, il mobilisait l'avant scène.
    Y'a bien Aretha Franklin, Starsky et Elton John qui sont nés le même jour, mais pas la même année.

    Le petit Philippe, à peine avait-il poussé son premier cri que c'était déjà pas n'importe qui !
    Rien à voir avec un bouseux québécois, un trotskiste berlinois, voire un viticulteur du bas agenais... non !
    C'était déjà Philippe Vicomte Le Jolis de Saintignon !
    Et ça... ça t'en bouche un coin de l'opercule en t'asséchant les glandes sudoripares !

    Ah... qu'il était mignon avec ses culottes bouffantes et son petit gilet rouge moulant bordé de dentelles du Puy !
    Maman l'a fait immortaliser par un peintre vendéen sur une toile qui le représentait grandeur nature ; toile qui trône encore à ce jour sur le petit guéridon dans le hall d'entrée de la demeure familiale.

    Le petit Philippe était un enfant débordant d'énergie, à la limite de l'hyperactivité. D'un naturel curieux, il mettait son nez partout, ce qui faisait le bonheur de sa préceptrice, Soeur Anne Cécile ; une sainte qui se reconvertira dans l'accueil des filles mères dès la naissance de son premier enfant.

    Elève débrouillard, Philippe obtint son passeport pour l'ENA sans grande difficulté et se posa en qualité de Sous Préfet de Vendôme jusqu'en 1981. Cette même année, à l'arrivée de la Gauche au pouvoir, il demanda sa mise en disponibilité et continua à percevoir son salaire jusqu'en 1985.
    Philippe étant un homme d'honneur et d'une équité sans faille, il n'allait quand même pas abuser des bienfaits du contribuable !

    A un tournant décisif de sa vie, Philippe de Villiers rencontre Jim Henson. Sa proposition est alléchante, mais Philippe la refuse sous la pression de sa femme : Fervente admiratrice de Miss Piggy, elle ne tolérait pas que Philippe puisse remplacer Kermit à ses côtés. Le Muppet Show allait devoir se contenter d'une fausse grenouille.

    Aujourd'hui, Philippe fait de son mieux pour animer le Parlement Européen qu'il relève avec brio de son état de léthargie avancée.

    Cher Philippe, nous te remercions.
    Nous te remercions pour ce courage décomplexé qui t'anime et te fait tirer à boulet rouge sur l'immobilisme mouvementé de ces citoyens qui nous gouvernent.
    Nous te remercions pour tes délectables apparitions télévisées, véritables shows à l'américaine qui commençaient à nous manquer depuis la disparition de Georges Marchais.
    Et tiens... nous te remercions même pour le Puy du Fou !

    Mais je persiste à croire que Jim Henson et toi... ç'aurait fait une sacrée paire !


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :