• Bonjour la Foule !!!

    Ceci est arrivé pas plus tard que l'aut' jour (vendredi 31/10/2014) :

    J'étais tranquillement assis entrain de me demander quelle nouvelle connerie j'allais bien pouvoir faire quand mon téléphone sonnu.

    - Drrrrriiiiiiinnngggg ! (C'est un vieux téléphone...)

    - Allo !

    - Vous êtes bien mochieur Brossard de la rou Antioche à Vendême ? (Fort accent de l'extrême Sud de la Méditerranée).

    - Heu... non. Vous vous êtes sûrement trompée.

    - Vous n'êtes pas moch ieur Brossard de la rou Antioche à Vendême qu'il est propriétaire de la maison ?

    - Hé bé oui ! Je viens de vous le dire... PLONK !

    Fait chier... Je sais même plus quelle connerie je voulais faire... Ah si !!! Faire une quiche Lorraine !!!

    - Drrrrriiiiiiinnngggg ! (Va falloir que je change de téléphone...)

    - ALLOOO !!!

    - Vous êtes bien moch ieur Brossard de la rou Antioche à Vendême ? (Ils font chier à l'extrême Sud de la Méditerranée).

    - NAN ! Y'a pas 5 minutes que je vous l'ai dit ! PLONK !!!

    Bon... des oeufs, des lardons, de la crème fraiche... Drrrrriiiiiiinnngggg !

    - Allo ?

    - Vous êtes bien mochieur Brossard de la rou Antioche à Vendême qu'il est le propriétaire de sa maichon ?

    - Oui, toutafé ! C'est bien moi !

    - Nous vous propochons une achurance contre toutes dégâts et des plachements sécurisés...

    - Comme c'est intéressant, mais pour quoi faire ?

    - Ben...

    - Ben quoi ? Je suis assuré contre tout : Les dégâts des eaux, les tremblements de terre, les invasions de sauterelles, la connerie... et pour les placements, j'ai un grand parking où je peux aussi loger des caravanes, des mobile-homes, des mobile-femmes et même des mobile-gosses. Vous avez mieux ?

    - PLONK !

    Putain, elle m'a raccroché au nez c'te conne.

    Franchement, les commerciaux du Sud Méditerranéen... y'a du boulot !!!

     

     


    2 commentaires
  • L'anniversaire de mon fils approchant, je me suis mis en quête de lui trouver un cadeau et croyez bien que c'est pas de la tarte !

    Aussi, me suis-je dit dans mon moi-même en mon fort intérieur, le mieux de ce que j'avais à faire était de filer chez Carrouf, histoire d'avoir un panel d'opportunités qui saurait mettre à mal le vide sidéral qui meublait mon conscient.

    Arrivé sur les lieux, je me suis mis à flâner dans les rayons de jouets.
    Quel bonheur de retrouver tous ces jeux qui ont fait la joie de mon enfance et la terreur de mes parents :

    Électricité 2000 :
    Ou "Comment faire sauter le disjoncteur
    en couplant le joli fil rouge au mignon petit bleu".

    Biologie 2000 :
    Ahhh la grenouille dans le formol
    que je me suis gentiment disséqué au scalpel...
    Le microscope fourni  m'a permis d'observer le plus petit insecte du monde : Le Lupuce.
    C'est lui qui loge sur les couilles des morpions.


    Chimie 2000 :
    Là c'était le pied !

    Je me souviens avoir fait ma première limonade en mélangeant du bicarbonate de soude, du sucre et de l'acide citrique dans un tube à essai... un régal !
    Et dès que ma mère avait le dos tourné, je passais à des choses plus sérieuses à base de permanganate de potassium, de limaille de fer.... et réalisais de très beaux feu d'artifice verts et bleus... dans le salon.

    Tous ces souvenirs en tête, je manipulais les boites et constatais qu'à part la présentation, le contenu
    restait le même.
    Mon fils serait sûrement heureux de courir sur les traces de son père.

    J'hésitais entre Chimie 2000 et Biologie 2000... quand soudain mon regard s'arrêta net sur une autre boite
    de la série qui m'était tout à fait inconnue à ce jour.

    Noonnnn !!!! C'était pas possible !!!
    Et pourtant.... elle était là... devant moi...

    APERO 2000 !

    Dedans... une tapée de fioles de pastag, de whisky, de vins cuits, de cacahuètes... et même un bac à glaçons !
    Un livret explicatif venait compléter le tout, mentionnant les doses, les trucs et astuces pour se bourrer la gueule...

    Gé-nial !

    Sûr que le gosse va être heureux de pouvoir enfin payer l'apéro à ses copains le jour de son anniversaire.

    10 ans... c'est la fête !


    2 commentaires
  • Que l'on y croit ou pas, force est de constater que de plus en plus de personnes ont un don.
     
    Certains auront des aptitudes en voyance, d'autres sauront dénicher une source en plein Sahara et, pourquoi pas, faire fuir vos verrues plantaires par simple imposition des mains.
    (Et oui ! Même les mains sont imposables...)
     
    Pour ma part, je me suis découvert un don tout à fait inattendu !
    Un VRAI et pas des moindres.
     
    Je sais ce que vous allez dire :
    "Il a encore pété un plomb... Il veut nous faire croire à ses conneries aussi sottes que grenues...etc..."
     
    Et bien que oualou ! J'ai un don !
     
    Après avoir exprimé mon inquiétude sur ce sujet à mon cher pater, celui-ci m'a expliqué qu'il était tout à fait normal que je possède ce don car il est transmis de père en fils depuis des générations.
     
    Me sentant rassuré, je n'ai donc plus aucune raison de conserver pour moi ce que je considérais jusqu'alors comme une tare.
     
    Alors voici :
    Chaque jour, à la même heure, se produit une chose incroyable !

    J'entre dans mon salon.
    J'ouvre religieusement la porte du vieux vaisselier époque campagne du XVIIIe...
    Au moment opportun, je tends mon bras et prononce ces mots magiques :

    "OU EST ENCORE BARRÉE CETTE PUTAIN D'BOUTEILLE DE PASTAG ???"

    Tout à coup... la sonnette de la porte d'entrée se met à dinguedonner !!!!
     
    Et oualà !
    J'ai le don d'attirer les foules en pratiquant ce simple cérémonial.
     
    C'est magique que j'vous dis ! Et désaltérant !
    Mais ça revient cher à la longue...

    Reste quand même qu'il est curieux que les gens aient toujours un truc à vous demander à l'heure de l'apéro...


    votre commentaire
  • Aussi loin que nous puissions remonter dans le temps, il est question des progrès de l'humanité.
    L’œuvre de l'être humain ?
    Non, il est trop c*n pour être en mesure de progresser tout seul.
    De l'âge de pierre à nos jours, une aide précieuse lui a toujours été apportée par... les fées !
    Si si, j'vous jure ! Des preuves ?
     
    Soit ! Mais je ne vais pas toutes vous les apporter, y'aurait de quoi saturer votre disque dur et vous me feriez la tête...
     
    Tiens par exemple, à l'époque des bâtisseurs de cathédrales...
    - Quoi mon Père ? Vous voulez que j'aille foutre cette statue qui fait la grimace là-haut ?
    - Oui, mon fils. Avec l'aide de Dieu, tu y arriveras !
    - Avec l'aide de Dieu... mon cul !
    (gliiiing....)
    - Bonjour mon enfant. Je suis la Fée Moncu. Tu m'as appelé ?
    - Euh... c'est le Père Imètre qui veut que j'aille coller cette gargouille de mes c... là-bas en haut ! Et j'ai le vertige...
    - Ne t'inquiète pas mon enfant. La bonne fée Moncu va t'aider !
     
    La fée, d'un coup de baguette magique, envoya notre brave compagnon dans les airs, statue sous le bras, qui pu ainsi accomplir la tâche divine qui lui était confié.
     
    Ainsi fut-il durant quelques siècles, jusqu'au jour où un compagnon couvreur se colla un bon coup de marteau sur l'extrémité paluchienne :
    - Aaaaarrggghhhh ! Putain de bordel de merde !
    (gliiiiiiing...)
    - Oui mon enfant ? Je suis la bonne Fée Putindebordeldemerde. Ohhh ! Mais je vois que tu n'avances pas très vite dans ton travail. Tu devrais...
    - Ta gueule pétasse ! Non mais !! C'est pas une blondasse qui va m'apprendre mon métier !
     
    Fort mécontente, la Fée convoqua ses consœurs et décidèrent d'un commun accord de ne plus jamais répondre aux appels des manants peu courtois.
     
    Plus tard, à la fin du XXe siècle :
    - Aaaaarrggg ! Putain de saloperie de marteau !
    - Mais chéri... t'as fini de jurer devant les enfants !!!
    - Euh.. je ne jure pas, j'invoque une fée...


    2 commentaires
  • - Aller... Bonjour mademoiselle. C'est votre tour.
    - Mais...
    - Y'a pas de mais. C'est à vous. Entrez !
    - Bonjour madame.
    - Donnez-moi votre liste, s'il vous plaît.
    - Heu... quelle liste ?
    - Et bien, votre professeur a bien du vous faire faire une liste comme à chaque élève de votre classe. C'est l'usage...
    - Ah ben non. J'a pas de liste.
    - Ôtez moi d'un doute : Vous avez bien suivis des cours de français durant cette année scolaire...
    - Oui.
    - Et à la fin du dernier trimestre, vous avez bien fait un choix de textes à présenter à l'oral.
    - Heu... je me rappelle pas.
    - De toutes façons, il me faut la liste.
    - Et bé non. J'en a pas.
    - Écoutez, jeune fille, comment voulez-vous présenter l'oral de français si vous ne me donnez pas une liste dans laquelle je puisse sélectionner un texte ?
    - Ben, je sais pas... c'est la première fois...
    - M'est avis que ça ne va pas être la dernière... Donc, vous n'avez pas de liste, et je ne peux pas désigner le texte qui fera l'objet de vos commentaires. Vous avez une solution ?
    - Ben oui... j'a des livres.
    - ET QU'EST-CE QUE VOUS VOULEZ QUE J'EN FOUTE S'IL N'Y A PAS LA LISTE DE VOTRE SÉLECTION ?!?!?!
    - Ben... y'a un sommaire au début des livres...
    - Pourquoi pas... faites moi voir ça : XVIIe, XVIIIe, XIXe... Aller, au pif... j'ai pas mes lunettes : Pascal. Que pouvez-vous me dire sur Pascal ? Je vous écoute.
    - Pascal ? Lequel ?
    - Y'EN A PAS UN ÉLEVAGE PARMI LES PHILOSOPHES DU XVIIe !!!
    - Il habite pas à Paris. Celui que je connais, il habite à Reims.
    - Mais qu'elle est c... ! Du XVIIe SIÈCLE !!!!
    - Ah lui ? Blaise ?
    - On y arrive... aller, je vous écoute.
    - Blaise Pascal est mort en 1662 à l'âge de 39 ans. C'est dommage, hein ?
    - Oui, mais bon... continuez.
    - Sa mère, Antoinette, est morte quand il avait 3 ans. C'est dommage, hein ?
    - On s'en fout que ce soit dommage ! Y'a des gens qui meurent tous les jours !
    - C'est dommage...
    - Oui mais... scrmmmbbllll... continuez ! Alors ? Et puis ?
    - On dit que Blaise Pascal était un enfant très précoce. A 12 ans il commence à travailler sur la géométrie. A 19 ans, il invente une calculette...
    - Nous y voilà ! Tiens ! Vous allez me commenter ce texte :
    "Avis nécessaire à ceux qui auront curiosité de voir la machine d'arithmétique et de s'en servir".
    Je vous laisse 5 mn pour le relire. Top départ !

    ...

    - Bon ça y est ? Le temps est écoulé. Je vous écoute.
    - "Ami lecteur, cet avertissement servira pour te faire savoir que j'expose au public une petite machine de mon invention,"...
    - Pourquoi Pascal se permet-il de tutoyer le lecteur ?
    - Ben... parce que c'est peut être son ami.
    - Et vous, vous pensez que tous ceux qui vont lire ça sont ses amis ?
    - Ben... il devait pas donner son texte à tout le monde...
    - Vous l'avez bien dans les mains, vous ! Et vous n'êtes pas son ami pour autant !
    - Ben non. Il est mort. C'est dommage, hein ?
    - VOUS... !!!! Continuez !
    - "par le moyen de laquelle seul tu pourras, sans peine quelconque, faire toutes les opérations de l'arithmétique, et te soulager du travail qui t'a souvent fatigué l'esprit, lorsque tu as opéré par le jeton ou par la plume"...
    - Qu'entend l'auteur en écrivant ça ?
    - Heu... je sais pas moi... son ami qui frappe à la porte ?
    - Grrmmmbbllll... Mais vous vous foutez de moi !!! Et vous pensez que je vais vous donner la moyenne au bac de français ??
    - Heu... ben non.
    - ???
    - Je suis en 5ème. J'attendais mon frère pour lui donner ses livres. Il passe l'oral ce matin.


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique